Accessibilité

Introduction

 

Les aides technologiques sont maintenant des mesures d’adaptation très répandues dans les plans d’intervention. En effet, plusieurs élèves HDAA se voient fréquemment attribuer  ces aides technologiques entre autres pour des tâches de lecture et d’écriture. Néanmoins, il existe toujours des obstacles importants à une expérience utilisateur réussie lors de l’apprentissage et de l’évaluation avec ces aides. Malheureusement, le réseau scolaire met à la disposition des élèves encore trop souvent des ressources éducatives, seulement en format papier. Lorsque les ressources éducatives numériques (RÉN) sont disponibles, elles sont fréquemment incompatibles ou inutilisables avec les aides technologiques existantes.

Il est essentiel de miser sur une conception centrée sur les besoins de l’utilisateur.  La qualité d’une RÉN, dans un contexte scolaire, est définie surtout par le fait que l’élève pourra percevoir, comprendre et utiliser l’information présente dans la RÉN. Il est donc essentiel de concevoir ou de choisir une RÉN qui respectera  les standards d’accessibilité pour qu’une diversité d’apprenants puissent accéder et exploiter les ressources nécessaires à leur apprentissage. 

Dans cette perspective, une culture éducative d’accessibilité universelle à l’ère numérique permettrait l’inclusion de cette diversité d’apprenants.  La section «Actualité» du présent site WEB viendra soutenir la mise en oeuvre de cette culture en faisant état de la situation dans le réseau scolaire , en proposant un cadre de référence et en mettant de l’avant les pratiques le plus probantes en ce qui a trait à la conception et à l’utilisation de RÉN accessible. Cette section présente aussi les documents officiels sur lesquels nous nous appuyons pour soutenir la communauté des intervenants scolaires. 

Cette section sera mise à jour régulièrement. 

Section – Actualité

L’état de la situation concernant l’environnement éducatif à l’ère numérique dans le réseau scolaire est préoccupante. Il y a en ce moment, un ensemble d’obstacles freinant la mise en oeuvre d’une culture numérique inclusive dans le réseau scolaire.  Ces obstacles ont un impact direct sur l’expérience des apprenants.

Obstacles à une culture numérique inclusive

Lorsqu’on se penche sur l’état des contraintes et problématiques de l’apprenant, aux différentes étapes de l’expérience utilisateur, on se rend compte qu’ils sont de trois types :

 1.   Contraintes liées aux politiques, aux balises et aux lois :
  a.  Pour l’instant, il n’y a aucune politique d’accessibilité universelle au sein du MEES, même si depuis août 2018 le MInistère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), les commissions scolaires et les écoles devraient respecter le standard d’accessibilité gouvernemental québécois des ressources informationnelles (SGQRI-008 2.0), émis par le Conseil du Trésor en 2018.   Cette problématique s’explique, entre autres, parce que la mise en oeuvre des standards d’accessibilité WEB (incluant tous documents multimédias) tarde à être contextualisés pour le contexte scolaire.
  b.   En l’absence d’une politique d’accessibilité universelle du MEES, l’interprétation actuelle des standards est susceptible d’être hétérogène et parfois même incohérente.

2.    Contraintes liées à la conception de ressources éducatives accessibles et des aides technologiques efficaces :
  a.   Malgré l’omniprésence du numérique, l’offre de matériel didactique est encore très souvent offert exclusivement en format papier. Ce manque rend inutilisable toutes aides technologiques pouvant soutenir l’apprenant ayant une diversité de besoins.  La numérisation des documents en format numérique est une contrainte de temps importante.
  b.   Lorsque la ressource éducative numérique ne respecte pas les standards d’accessibilité, il est difficile pour l’apprenant de percevoir, de comprendre ou d’utiliser de façon durable l’information présente dans celle-ci. Voici quelques exemples de défis : 

  i. si l’élève a recours à la fonction de synthèse vocale pour améliorer sa fluidité en lecture,  il devra donc avoir des ressources numériques qui donnera accès au contenu au logiciel de synthèse vocale sans quoi, cela ne fonctionnera pas.
  ii. Si la RÉN n’a pas de structure d’information logique, les élèves ayant des difficultés cognitives ou d’attention auront certainement de la difficulté à percevoir et comprendre les informations.
  iii.  Si la RÉN ne permet pas l’utilisation des raccourcis clavier, il sera impossible pour les apprenants qui ont des difficultés ou incapacités motrices pour utiliser une souris, de profiter de la ressource numérique. 

 

3.   Contraintes liés à la compétence numérique chez les élèves et les intervenants scolaires :
   a.  Le développement de la compétence numérique présente plusieurs dimensions dont celle de l’inclusion et de la réponse aux besoins diversifiés des apprenant. Il s’agit d’ailleurs du principal défi de la mise en oeuvre d’une culture numérique inclusive dans le réseau scolaire. Le travail en silo devrait être évité, puisqu’il contribue au manque de savoir-faire dans la création de contenus accessibles et dans l’utilisation des fonctions d’accessibilité intégrées dans les technologies et des aides technologiques employées par les élèves.  

Cadre de référence

Pour  favoriser une pratique plus inclusive et plus accessible, il est nécessaire de mettre en oeuvre un cadre de référence qui rendra l’expérience utilisateur plus cohérente, plus efficace et plus agréable pour les élèves et qui par le fait même, se répercutera de façon positive sur la pratique enseignante.

 Présentement, le marché des technologies offre de plus en plus de possibilités de créer de l’information numérique accessible à partir des outils habituellement utilisés par la très grande majorité des intervenants scolaires ou des concepteurs de contenu. De plus en plus d’outils de création de contenus numériques intègrent des fonctionnalités d’accessibilité (fonctions d’aide) et un vérificateur d’accessibilité; c’est-à-dire qu’il y a un outil permettant de vérifier et de suggérer des recommandations à faire pour améliorer l’accessibilité du contenu.  Cette pratique semble se répandre parmi les gros joueurs numériques : Google, Apple, Microsoft et Adobe. La tendance à intégrer les critères d’accessibilité dans les différents outils numériques se propagent aussi dans les applications libre «open source ». Ce n’est qu’une question de temps avant que l’ensemble des développeurs soient sensibilisés et actifs dans ce champ d’expertise.  

Voici une liste non exhaustive d’exemples :  

Word 2019  inclus dans office 365
Adobe Indesign
Adobe acrobat pro
WordPress (créateur de site WEB)
Moodle ( créateur de plateforme d’apprentissage)

L’offre d’outils de création permettant de respecter les critères d’accessibilité est de plus en plus grande. Le défi le plus important des enseignants, des développeurs et des concepteurs de ressources éducatives numériques, sera dans les prochaines années, de développer la compétence numérique nécessaire pour les utiliser de façon à favoriser l’inclusion et mieux répondre aux besoins diversifiés des apprenants. 

 

Ressources officielles

L’avis du Conseil supérieur à l’éducation d’octobre 2017 émet des recommandations sur la diversité, l’inclusion et l’intégration des technologies dans le milieu scolaire.  

Les standards de l’accessibilité WEB et des documents téléchargeables  SGQRI 008 2.0 du Conseil du trésor du gouvernement du Québec devraient, en principe, être obligatoirement  applicables dans le réseau scolaire. Ceux-ci s’appuient essentiellement sur les règles internationales d’accessibilité des contenus WEB WCAG 2.0. 

La norme ISO 14289-1:2014 encadre la conception de documents en format PDF accessibles. C’est sur ces normes que les logiciels ADOBE In Design et Acrobat Pro s’appuient pour mettre à la disposition, un module qui permet de rendre accessible un document PDF ou d’en évaluer l’accessibilité.

Les règles pour l’accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.0 présentent les quatre principes de l’accessibilité numérique ainsi que les critères d’accessibilité. En se basant sur le WCAG 2.0, il est possible de créer des ressources éducatives numériques (RÉN) accessibles.  

Les licences communes de données ouvertes, de documents, d’images, de vidéos promus par Données Québec du gouvernement du Québec favorisent la collaboration, l’échange et le partage de données . Avec des données ouvertes, il est possible de créer des ressources éducatives libres (RÉL). Ces ressources sont libres de droit. Elles sont donc accessibles à tous via le WEB.