Fonction d’aide à la prise de notes par carte d’organisation d’idées

Capture d’écran d’une prise de notes effectuée à l’aide d’une carte mentale. Au centre, on aperçoit le sujet principal: le castor. Plusieurs bulles représentant des thèmes et des sous-thèmes sont reliées au sujet principal. Le castor: son alimentation, son histoire (Dents: les Amérindiens s’en servaient pour fabriquer des hameçons), son habitat ( cours d’eau, plan d’eau créé par ses barrages). On aperçoit également un sous-thème comportant une vidéo.

Fonction technique

Cette fonction d’aide utilise une carte d’organisation d’idées (carte mentale ou conceptuelle), c’est-à-dire une représentation graphique des éléments, dans le but de favoriser une prise de notes plus visuelle, de structurer l’information, de favoriser le rappel des notions à mémoriser et de mieux comprendre les liens entre plusieurs concepts. Elle se compose généralement d’un thème central auquel sont rattachés des sous-thèmes. Il est possible d’y insérer différents types de fichiers: textes, sons, vidéos, images, etc.

Besoins à combler

●  Organiser et comprendre l’information;
●  Structurer la pensée;
●  Classer l’information;
●  Diminuer la charge cognitive;
●  Prendre des notes de manière efficace;
●  Étudier et mémoriser.

Difficultés marquées persistantes ou incapacités

L’élève éprouve des difficultés marquées et persistantes ou des incapacités à :

●  organiser et structurer sa pensée;
●  sélectionner et organiser l’information pertinente;
●  comprendre, mémoriser et retenir l’information.

Fonction d’assistance pédagogique et valeur ajoutée

Cette fonction d’aide assiste l’élève lors de la prise de notes en contexte d’écoute active ou de lecture de différents documents. Prendre des notes, c’est tout d’abord un moyen de rester attentif et de demeurer engagé dans une tâche. Prendre des notes à l’aide d’une carte mentale ou conceptuelle, c’est en plus, un moyen très performant pour ancrer des apprentissages puisque cette méthode permet de mieux organiser, mémoriser et intégrer l’information. L’élève élabore sa carte à partir d’une simple page blanche ou d’un modèle déjà fait dans lequel il n’a qu’à inscrire les éléments qu’il juge importants aux endroits qui conviennent. Le thème principal, placé au centre de la carte, est relié aux sous-thèmes par des lignes, des flèches ou des branches. La création d’une telle carte incite l’élève à écouter ou à lire de manière plus active parce qu’il doit classer ses informations et trouver les bons mots-clés à inscrire sur la carte. Il ne doit pas tout écrire, mais plutôt synthétiser l’information lue ou entendue et n’inscrire que des mots-clés ou des idées. L’important est surtout de revenir par la suite à la carte afin de la relire et de la compléter par des images, des vidéos ou du texte, ceci dans le but de mieux comprendre et d’encoder l’information. 

La carte mentale ou conceptuelle offre un support visuel important pour les élèves en difficulté. Elle permet d’obtenir d’un seul coup d’œil une vision d’ensemble du sujet traité et de repérer visuellement et rapidement chacun des thèmes. Lorsqu’elle est réalisée avec un appareil numérique, elle facilite la prise de notes en grande partie grâce sa rapidité d’élaboration. Il est aussi plus facile de compléter la carte par la suite en y ajoutant des images, des liens ainsi que des fichiers audio ou vidéo. La carte diminue également la charge cognitive de l’élève en libérant sa mémoire de travail.

Il existe une différence entre la carte mentale et la carte conceptuelle. Pour plus d’informations consulter le tableau-synthèse .

Source
Reportage de Radio-Canada avec Chantale Beaucher, professeure agrégée au Département de pédagogie de l’Université de Sherbrooke.  

Suggestions de produits incluant cette fonction d’aide

●  Mindomo
●  Inspiration (La version 10 pour Windows de ce logiciel n’est plus disponible en français)
●  Application Inspiration (iPhone, iPad)
●  Popplet
●  XMind
●  Ayoya
●  Mindmup 2.0 de Google Chrome